Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Économie

En pleine crise, le patron d’Air France-KLM touche 800.000 euros de bonus

La nouvelle a suscité l’indignation. Alors que se tenait mardi 26 mai 2020 l’assemblée générale des actionnaires d’Air France-KLM, Le directeur du groupe, Benjamin Smith, a bénéficié d’une prime bonus colossale. Près de 800.000 euros pour l’exercice 2019.

Dans cette vidéo de l’assemblée générale, Isabelle Bouillot, présidente du comité des rémunérations du conseil d’administration, déclare : « Pour notre directeur général, conformément aux décisions prises par le conseil en 2018, sa rémunération [pour l’exercice] 2019 est constituée des éléments suivants : une rémunération fixe de 900.000 euros ; une rémunération variable annuelle, fixée par le conseil à 768 456 euros, représentant 85,4 % de sa part fixe. Soit un taux d’atteinte des critères de performance de 70 % ; une rémunération variable de long terme lui a été attribuée en 2019 pour un montant de deux millions d’euros. »

L’Etat français, actionnaire d’Air France-KLM, a voté en faveur du bonus de Benjamin Smith.

Les actionnaires ont voté à 80 % en faveur de cette prime. L’État français qui est l’un des premiers actionnaires, avec environ 14 % des parts a aussi voté en faveur du bonus. Cette délibération interroge car, dans le même temps, Air France-KLM va bénéficier d’un prêt exceptionnel de sept milliards d’euros de la part de la France, et de deux à quatre milliards de la part des Pays-Bas. Les Pays-Bas n’ont d’ailleurs pas voté en faveur de ce bonus.

« Il y a des limites à la décence ou à l’indécence », s’est indignée la sénatrice (UDI) Nathalie Goulet, évoquant, outre l’aide de l’Etat à Air France, les licenciements envisagés dans la compagnie.

Le cas de Benjamin Smith est un exemple de plus que les personnes riches et les grandes entreprises n’entendent pas changer, pandémie ou pas, crise ou pas, le niveau de leurs émoluments :
-  durant la pandémie, la fortune des milliardaires étatsuniens a augmenté de 282 milliards de dollars ;
-  Richard Branson a transféré de l’argent dans un paradis fiscal tout en demandant des subventions au gouvernement anglais ;
-  de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs ;
-  et il est hors de question de relancer la fiscalité sur les plus riches.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner