Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Luttes

En marge du procès de Bar-le-Duc, les paysans mobilisés contre les déchets nucléaires

Le deuxième jour de mobilisation autour du tribunal de Bar-le-Duc, qui accueille le procès de militants antinucléaires, a été consacré aux luttes paysannes.

Les 1er, 2 et 3 juin se tient à Bar-Le-Duc le procès de sept militants qui luttent contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs. Ils sont soupçonnés d’association de malfaiteurs. Reporterre, présent sur place, fait le récit quotidien des audiences et des mobilisations de soutien aux prévenus.


Bar-le-Duc (Meuse)

À l’occasion du deuxième jour de procès des sept opposants au centre d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo, les mobilisations ont repris autour du tribunal. Après une première journée vibrante et colorée, cette journée a été voulue plus calme. Le procès a par ailleurs été reporté à l’après-midi, les témoins souhaitant conserver leur droit au silence lors de la très courte audience du matin. L’occasion pour tous de se consacrer pleinement aux animations en extérieur, qui se sont concentrées sur les luttes paysannes.

Christian, agriculteur à la retraite, vend des bouteilles de « vin des luttes » pour soutenir les prévenus.

« Nous autres agriculteurs sommes historiquement concernés par la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires, a expliqué Christian, agriculteur à la retraite et membre actif de la Confédération paysanne. Nous travaillons la terre, et nous refusons qu’elle soit polluée par ces déchets [radioactifs] pour des milliers d’années ». Mercredi 2 juin, il tenait un stand de vente de produits locaux, dont les bénéfices serviront à couvrir une partie des frais de justice des prévenus. « C’est notre façon de les soutenir dans cette épreuve ».

Et il n’était pas le seul. Autour de la place, plusieurs stands proposaient des produits fermiers en tout genre, des plants, et même des semences anciennes. Les jeunes pousses de tomates, poivrons et autres courges sont parties comme des petits pains. « Les plants ont été cultivés par nos soins, sur un terrain mis à notre disposition », dit Bertille [*], membre des Semeuses, un collectif de militants qui cultivent fruits et légumes sur des terrains convoités par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets). Lancée en 2019, l’expérience commence à convaincre localement. « Une partie de notre production est vendue directement aux habitants, qui ont pris l’habitude de nous voir travailler dans les champs, ça nous permet de recréer des liens avec la population, avec le territoire ».

Jean-Pierre Simon a prêté trois hectares aux Semeuses.

« Lorsque des terres agricoles disparaissent, elles ne reviennent jamais »

Pendant ce temps, au centre de la place Saint-Pierre, devant le palais de justice, une conférence s’est organisée. À tour de rôle, agriculteurs, maraichers et représentants syndicaux ont pris la parole, exposant les différents problèmes soulevés par l’installation de l’Andra sur le territoire. Jean-Pierre Simon, agriculteur haut-marnais qui se bat contre l’installation du projet depuis plus de vingt ans, a présenté le travail des Semeuses, à qui il prête trois hectares de terres.

Thierry Jacquot, porte-parole de Confédération paysanne du Grand Est : « Lorsque des terres agricoles disparaissent, elles ne reviennent jamais »

Thierry Jacquot, porte-parole de la Confédération paysanne pour le Grand Est, a évoqué le danger que représente le nucléaire pour le monde agricole : « Laisser ce projet s’implanter, c’est voir disparaitre des emplois agricoles, et faire perdre au territoire sa capacité de résilience alimentaire. Les cultures autour du site de Cigéo ne seront plus propres à la consommation […] et lorsque ces terres agricoles et nourricières auront disparu du territoire, elles ne reviendront jamais. » Mais Cigéo n’a pas été le seul sujet abordé. Également dans l’actualité, le sujet de la réforme de la PAC (Politique agricole commune) a été massivement critiqué, car très pénalisant pour l’agriculture biologique. La matinée s’est terminée sous les applaudissements du public, nombreux en attendant la reprise du procès dans l’après-midi.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire