Accueil > Editorial > Tribune >

En finir avec les armes nucléaires : l’Europe doit montrer l’exemple

20 février 2019 / Michèle Rivasi, Molly Scott Cato, Tilly Metz et Thomas Waitz



La course mondiale à l’armement nucléaire tend à reprendre. Contre l’escalade, les eurodéputées autrices de cette tribune proposent que l’Union européenne montre l’exemple en bannissant ces armes de son territoire.


Tribune publiée mercredi 20 février 2019 au matin

Michèle Rivasi est députée européenne écologiste française, cofondatrice de la Criirad ; Molly Scott Cato est députée européenne britannique ; Tilly Metz est députée européenne luxembourgeoise ; Thomas Waitz est député européen autrichien.


Alors que certaines voix s’interrogent sur l’opportunité pour l’Allemagne de développer son propre système de dissuasion nucléaire, où les forces nucléaires françaises pourraient être intégrées dans la politique nucléaire de l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), où le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) est remis en question par le président Trump, et où la Russie continue de déployer des missiles Iskander dans l’enclave de Kaliningrad, l’Union européenne doit proposer une initiative diplomatique pour la paix et la sécurité, ouverte à tous les acteurs désireux d’amorcer une désescalade nucléaire, afin de freiner une course aux armements dont l’Europe risque de payer un prix de plus en plus élevé.

Il est temps en effet de proposer une stratégie de désescalade au niveau européen pour réduire les risques de confrontations militaires et amorcer une transition stratégique de l’Union européenne vers une politique écologique de sécurité et de défense. Une telle stratégie de désescalade passe d’abord par le retrait des armes nucléaires tactiques du continent européen. 

C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’agir pour alerter l’opinion et mettre cette question du désarmement nucléaire au cœur de l’agenda européen à l’orée de la campagne des élections européennes. Nous avons participé à une action de blocage de la piste de décollage des F-16 de la base aérienne de Kleine-Brogel en Belgique pour demander le retrait des missiles nucléaires états-unien sur le sol européen. Kleine-Brogel abriterait une vingtaine d’ogives nucléaires B61. Cette présence est dangereuse et obsolète : c’est un vestige de la guerre froide ; ce type d’arsenal n’est pas du tout adapté aux conflits et menaces actuelles. 

Missiles OTR-21 Tochka en position de tir lors d’une parade en Russie. Ces engins peuvent emporter des ogives conventionnelles, chimiques ou nucléaires.

Nous nous sommes mobilisés aux côtés d’Agir pour la paix car nous exigeons : 

Les États européens bafouent leurs engagements internationaux

Rappelons que l’arme nucléaire est considérée comme illégale par de nombreux traités internationaux et notamment les Conventions de Genève (selon le premier protocole additionnel, il est interdit d’utiliser des « méthodes ou moyens de guerre qui sont conçus pour causer, ou dont on peut attendre qu’ils causeront, des dommages étendus, durables et graves à l’environnement naturel » ; il y est aussi stipulé que les États ne peuvent en aucun cas utiliser une arme qui ne ferait pas la distinction entre victimes civiles et militaires) et le Traité de non-prolifération (TNP, dont l’article 6 dispose que tous les États s’engagent à poursuivre de bonne foi les négociations vers un désarmement nucléaire complet).

Par ailleurs, dans un avis rendu en 1996, la Cour internationale de justice considère que l’existence des armes nucléaires fait courir un grave danger à l’humanité. Elle conclut : « La menace ou l’emploi d’armes nucléaires sont en principe incompatibles avec le droit des conflits armés, mais la Cour ignore s’il en serait encore ainsi en cas de légitime défense lorsque la survie de l’État est en cause. »

Les États européens bafouent donc depuis des décennies, sous couvert de dissuasion nucléaire, leurs engagements internationaux.

La résolution votée par le Parlement européen en 2016 envoie un signal clair de désescalade dans un monde en plein chaos. Les États européens devraient suivre ces recommandations.

Nous voulons une Europe qui construise la paix et non qui se prépare à la pire des guerres : la guerre nucléaire.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Chère, polluante, inutile : la bombe nucléaire ne sert à rien

Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. chapô : un chasseur F16 de l’armée de l’air étasunienne porteur d’un missile B61 lors d’un vol d’entrainement, en mars 2017. : US Air Force (CC0)
. missiles : Wikipedia (Владислав Фальшивомонетчик/CC BY-SA 3.0)

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

Dans les mêmes dossiers       Europe Armée Nucléaire