Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Nature

En France, la disparition de la biodiversité s’accélère

Le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Office français de la biodiversité ont dévoilé mercredi 3 mars, à l’occasion de la journée mondiale de la vie sauvage, le bilan national de 13 années d’études pour identifier les espèces menacées. La situation est alarmante.

« Les faits sont là, étayés scientifiquement et d’une criante évidence : notre défi, commun, n’est plus tant dans la prise de conscience que dans l’urgence de l’action. » Les mots de Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, résument le contenu du rapport sur le bilan de la Liste rouge depuis 13 ans.

Cette liste recense les pressions qui s’exercent sur les différentes espèces et « agit comme un véritable baromètre de l’état de santé des espèces en France ». Depuis 2008, sur 13.842 espèces évaluées, 2.430, soit 17,6%, sont menacées de disparition. 187 espèces ont disparu de France ou sont déjà éteintes au niveau mondial. « Une espèce est considérée comme menacée quand son effectif est extrêmement faible, ou si son aire de répartition est très restreinte, ou si elle connaît un déclin marqué », explique Florian Kirchner, chargé de programme « espèces » au Comité français de l’ Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). « Le tableau global est assez sombre. Ce qui est très préoccupant, c’est que tous les groupes d’espèces sont concernés par un risque de disparition. »

Ce qui est inquiétant, c’est également l’évolution de ces chiffres et des menaces qui pèsent sur les espèces. « On a examiné deux fois certains groupes d’espèces comme les vertébrés en métropole ou les oiseaux. En huit ans, de 2008 à 2016, on est passé d’un quart des oiseaux menacés à un tiers. On ne s’attendait pas à voir ce genre d’évolution en si peu de temps, ce phénomène s’observe normalement à long terme. La même dynamique est à l’œuvre pour les mammifères ou les poissons d’eau douce », affirme Florian Kirchner à Reporterre.

Les oiseaux nicheurs sont particulièrement vulnérables en métropole, avec 32 % de leurs effectifs, soit environ un tiers d’entre eux menacés de disparition. Les scientifiques s’inquiètent notamment pour le gypaète barbu mais également pour certains oiseaux des champs comme le chardonneret élégant. En outre-mer, le constat est le même ; les oiseaux sont sous pression avec 34% d’entre eux menacés en Polynésie française. À Mayotte, les 12 espèces de reptiles étudiées sont en danger avec 42% de leurs effectifs menacés de disparition.

L’artificialisation des sols et l’intensification des pratiques agricoles sont en partie responsables

Cette Liste rouge existe aussi à l’échelle mondiale depuis 1964. Selon Florian Kirchner, « la France fait partie des 10 pays qui hébergent le plus d’espèces menacées. Mais c’est dû principalement à la très grande biodiversité du pays. L’Hexagone est un carrefour d’habitats naturels, avec une grande diversité d’espèces ».

L’énorme pression qui pèse sur certaines espèces continue de progresser. « Malgré l’action des pouvoirs publics, le compte n’y est pas. C’est dû au fait qu’on mène des politiques de protection des écosystèmes et que, dans le même temps, on détruit la nature avec un aménagement du territoire insuffisamment contrôlé en grignotant toujours plus sur les espaces naturels », affirme le chargé de programme « espèce » au Comité français de l’UICN.

La Liste rouge a pour mission de mettre en exergue les pressions sur les espèces, de les identifier et de proposer des solutions. Ces chiffres servent également à alimenter les plaidoyers de certaines associations. Pour le Comité français de l’UICN, « on assiste à une artificialisation des sols, et à une intensification des pratiques agricoles, en créant de grands champs uniformes qui font disparaître des microécosystèmes dans les mares, les buissons ou les arbres ».

Certaines mesures sont pourtant mises en place, à l’échelle nationale ou locale, pour protéger des espaces naturels et des écosystèmes. La France prévoit ainsi l’instauration de 30 % d’aires protégées d’ici 2022. Pourtant, « le niveau des actions n’est pas à la hauteur par rapport aux pressions sur les espèces », dénonce Florian Kirchner, qui a réfléchi aux « voies à suivre » :

La loutre va mieux car elle a été protégée, le vautour moine a été réintroduit, le bouquetin des alpes est sauvé grâce à la mise en place d’aires protégées. Mais, aujourd’hui, vu l’ampleur des menaces, on ne peut pas agir seulement au cas par cas, on doit protéger des espaces naturels entiers. Il faut agir sur les pressions, revoir nos modes de production et de consommation, et questionner l’intérêt public des grands projets d’aménagement. »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire