Accueil > Info >

EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître

1er août 2020 / Tommy Dessine et Lorène Lavocat (Reporterre)



Peut-on encore prendre l’avion lorsqu’on est écologiste ? L’aviation peut-elle être verdie ? Réponse, en dessins, grâce à une étude des ingénieurs du cabinet B&L Evolution.

Vacances obligent, nous sommes nombreux à rêver de voyage... Mais peut-on encore prendre l’avion sans ressentir une terrible culpabilité écologiste ? Les ingénieurs du cabinet B&L Evolution, qui s’étaient fait connaître par leurs propositions radicales pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, se sont penchés sur cet épineux dilemme. « Parmi les écolos, cette question déchaîne les passions, explique Charles-Adrien Louis, l’un des fondateurs du cabinet. Pour nombre d’entre eux, c’est un plaisir coupable, donc chacun essaye de minimiser l’impact du voyage aérien ou fantasme sur les possibilités d’une aviation décarbonée. »

Leur étude, parue mi-juillet, explore toutes les pistes permettant de diminuer les émissions du secteur aérien. Innovations technologiques, compensation carbone… À l’atterrissage, leur constat est sans appel : « Pour s’aligner avec l’Accord de Paris sur le climat et ne pas dépasser 2 °C de changement climatique, une diminution du nombre de passagers comprise entre 2,5 % et 4 % par an est nécessaire. En d’autres termes, il faudrait réduire de moitié le nombre de passagers annuels d’ici vingt ans maximum. » Traduction concrète : oui, il faudra prendre (beaucoup) moins l’avion. Précisions en dessin…





Puisque vous êtes ici…

... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.

Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre. Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les fantasmes d’une aviation écologiquement responsable

Source : Lorène Lavocat et Tommy Dessine pour Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Climat Quotidien