Accueil > Editorial > Brèves >

Deux jours après la « marche pour le climat », la Belgique se dissocie des ambitions européennes

5 décembre 2018



Le dimanche 2 décembre 2018, une grande marche pour le climat a réuni de 65.000 à 75.000 personnes dans les rues de Bruxelles. Le soir même, le Premier ministre, Charles Michel (MR), se réjouissait de cette mobilisation et promettait que la Belgique soutiendrait des « objectifs ambitieux ». La ministre du Climat, Marie-Christine Marghem (MR), lançait le même message.

Or, le mardi suivant, lors du Conseil des ministres européens, la Belgique a voté contre une proposition de directive sur l’efficacité énergétique, texte qui prévoit d’améliorer l’efficacité énergétique des pays de l’Union de 32,5 % d’ici 2030. Elle s’est aussi abstenue lors du vote sur une directive concernant les énergies renouvelables, dont le but est de faire passer la part de l’énergie produite à partir de sources renouvelables au niveau de l’Union à 32 %.

Des sources concordantes, proches du dossier, confirment au quotidien Le Soir que le vote contre la directive sur l’efficacité énergétique a été posé en raison d’une opposition très radicale du représentant de la Flandre au texte européen.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Climat et COP 24