Accueil > Editorial > Brèves >

Deux « gardiens de la forêt » assassinés au Brésil

9 décembre 2019



Après le meurtre, le mois dernier, de Paulo Paulino Guajajara, un gardien des forêts qui défendait le territoire indigène contre l’exploitation forestière illégale, deux chefs autochtones Guajajara eux aussi, ont été assassinés le matin du 7 décembre, sur la route brésilienne BR 226, qui traverse la terre indigène de Canabrava, appartenant au peuple Guajajara dans l’État de Maranhão. Un individu non identifié a tiré d’une voiture blanche et tué Firmino Prexede Guajajara et Raimundo Guajajara, et il a blessé deux autres indigènes.

Les quatre Guajajara étaient en moto sur la route et revenaient d’une réunion avec Eletronorte, une société brésilienne de services publics d’électricité et Funai (Fondation nationale indigène du Brésil) où ils avaient plaidé pour la défense de leurs droits.

Malgré le tollé international et les milliers de messages envoyés au ministre brésilien de la Justice, Sergio Moro, personne n’a encore été arrêté pour le meurtre de Paulo Paulino.

Depuis le meurtre de Paulino, les habitants des 170 villages du territoire d’Arariboia (413.000 hectares protégés depuis 1990) se sentent abandonnés et en insécurité. Selon le journal brésilien Folha de S. Paulo, les menaces et les tensions obligent souvent les gardes forestiers à quitter leur territoire.

Sources :
. Amazon watch et
. Imirante
. DW

Photo : Sur la route BR226, après le double meurtre (Imirante).






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       Libertés