Accueil > Brèves >

Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes

14 septembre 2020



Samedi 12 septembre 2020, des milliers de Gilets jaunes ont manifesté dans les rues de plusieurs grandes villes françaises pour marquer la reprise du mouvement social. Au cours de la journée, des affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre et plus de 300 personnes ont été interpellées.

De nombreuses atteintes à la liberté de la presse ont alors été observées. Plusieurs journalistes ont été empêchés de travailler. Les équipes de Taranis News ont été immobilisées pendant deux heures.

Un reporter de QG, le média lancé par Aude Lancelin, a été interpellé alors qu’il filmait le gazage d’un marché et placé en garde à vue pendant vingt-quatre heures.

Le journaliste a continué de filmer alors qu’il se trouvait au commissariat :

Un autre photojournaliste, Julien Moreau, a aussi été arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation sur les Champs-Élysées. Il a ensuite été placé en garde à vue durant plus de quinze heures au commissariat du XVIIIe arrondissement à Paris. Il a finalement écopé d’un rappel à la loi et a vu son matériel (casque, jambières, masque à gaz) détruit.

De son côté, Kaveh, un photographe, a passé la nuit en cellule, d’après le collectif La Meute dont il fait partie. Le journaliste de Là-bas si j’y suis, Taha Bouhafs a également été frappé par un policier lors d’un contrôle.

Des journalistes indépendants et le collectif Reporters en colère se sont insurgés du manque de réaction du milieu journalistique face à ces violences.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Sur les mêmes thèmes       Libertés