Accueil > Editorial > Brèves >

De nombreux bateaux trichent pour pouvoir polluer

7 octobre 2019



Certaines sociétés de transport internationales, semblant se conformer aux normes d’émissions sur les polluants atmosphériques qui interdisent de rejeter ces polluants dans l’air, ont dépensé plus de 10 milliards de dollars pour équiper leurs navires (porte-conteneurs, pétroliers... fonctionnant au fioul lourd) de dispositifs qui contournent la nouvelle législation environnementale. Leurs bateaux ont des épurateurs à boucle ouverte qui extraient bien le soufre de leurs gaz d’échappement, mais le déversent directement dans la mer. Ainsi, la teneur en soufre émis par ces paquebots semble être conforme aux normes de l’Organisation maritime internationale (OMI) qui entrent en vigueur le 1er janvier 2020. Cette supercherie augmente non seulement le volume des polluants dans l’eau des océans mais aussi les émissions de dioxyde de carbone.

Sur 3.756 navires, en exploitation ou en commande, seuls 23 ont installé des épurateurs à boucle fermée, version du dispositif qui au lieu de rejeter les polluants extraits des gaz dans la mer, les stocke dans des réservoirs avant de le décharger, une fois arrivé au port, dans un centre de stockage sûr.

Pour chaque tonne de fioul consommé, les navires utilisant des épurateurs à boucle ouverte émettent environ 45 tonnes d’eau de lavage chaude, acide et contaminée contenant des substances cancérogènes, notamment des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des métaux lourds, selon le Conseil international pour un transport propre (ICCT) organisation à but non lucratif qui fournit des analyses scientifiques aux régulateurs environnementaux.

 Source : The Independent

 Photo : Pixabay






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les navires de croisière polluent plus que toutes les voitures européennes
Dans les mêmes dossiers       Transports Eau, mers et océans