Accueil > Info >

Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières

17 octobre 2019 / Lorène Lavocat (Reporterre)



Une étude internationale conduite sur 50 ans montre qu’à cause du changement climatique, le nord de la Loire pourrait connaitre des crues plus intenses, tandis que le sud verra ses cours d’eau asséchés. La solution ? « Bannir les solutions de bétonisation et d’artificialisation des cours d’eau. »

Des crues plus intenses au nord de la Loire et des rivières moins tumultueuses au sud. Plus de doute, « le changement climatique altère le régime des crues ». C’est la conclusion inédite d’une étude internationale publiée fin août dans la revue Nature, intitulée Changing climate both increases and decreases European river floods, soit Le changement climatique augmente et diminue à la fois les crues des rivières européennes.

Jusqu’à présent, les scientifiques n’étaient pas parvenus à déterminer de lien entre dérèglement du climat et intensité des crues. En cause, d’après Éric Sauquet, hydrologue à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) et co-auteur de l’étude, des bases de données éparses et la difficulté du travail de terrain. « Évaluer un débit d’eau n’est pas simple, explique-t-il. Il s’agit de mesurer une hauteur d’eau, en prenant en compte la géométrie de la rivière, la vitesse du courant et de nombreux paramètres qui compliquent l’analyse. »

Les données de 3.700 stations hydrométriques en Europe, sur une période de 50 ans, ont été analysées

Trente-cinq groupes de recherche européens ont donc joint leurs forces afin d’analyser les données de 3.700 stations hydrométriques — des dispositifs de mesure installés sur un cours d’eau — en Europe sur une période de 50 ans, de 1960 à 2010. L’objectif, précise M. Sauquet, est de « regarder dans le passé les grandes tendances », afin de mieux comprendre ce qui nous attend.

Premier enseignement : le régime des cours d’eau est d’ores et déjà bouleversé. « En Europe centrale et dans le nord-ouest, le débit des crues augmente du fait d’une hausse des précipitations et d’une humidité accrue des sols, indique l’IRSTEA dans un communiqué présentant l’étude. À l’inverse, l’amplitude des crues diminue dans le sud de l’Europe car le changement climatique induit une diminution des précipitations et une augmentation des températures, causant une hausse de l’évaporation dans les sols. » En France, on retrouve ce découpage, de part et d’autre de la Loire. L’ampleur du changement est d’ailleurs conséquente : en 50 ans, on constate, d’un côté, une diminution du niveau des crues jusqu’à 23 %, et de l’autre, une augmentation jusqu’à 11 %.

Il y a un découpage de part et d’autre de la Loire : en 50 ans, on constate, d’un côté, une diminution du niveau des crues jusqu’à 23 %, et de l’autre, une augmentation jusqu’à 11 %.

« Les évolutions observées ne sont pas uniquement dues à la hausse des températures », précise Éric Sauquet, citant également l’aménagement des rivières ou la construction de barrages comme causes possibles des crues. Pour autant, les chercheurs pointent le changement climatique comme « facteur décisif ». Ce qui ne laisse rien présager de bon.

« L’effet principal du changement climatique se ressentira principalement sur les cours d’eau de montagne, dans les Alpes et dans les Pyrénées »

Dans les prochaines décennies, le nord du pays pourrait ainsi connaître des crues plus intenses, et donc des inondations plus importantes, tandis que le sud verrait ses cours d’eau asséchés. Mais « l’effet principal du changement climatique se ressentira principalement sur les cours d’eau de montagne, dans les Alpes et dans les Pyrénées, précise Eric Sauquet. La neige va fortement diminuer et donc sa contribution aux débits des rivières. »

Ces modifications vont de pair avec une diminution générale des débits moyens sur les cours d’eau français, qui pourrait atteindre 40 % dans les régions Seine-Normandie et Adour-Garonne.

Comment peut-on avoir en même temps des débits plus faibles et des crues plus intenses ? « Tout n’est pas linéaire, explique M. Sauquet. Le dérèglement climatique entraine des climats et donc des régimes beaucoup plus contrastés, avec à la fois des étiages plus sévères, des écoulements plus faibles mais aussi des périodes plus humides. L’augmentation des températures, de + 2° ou + 3° C, ne se répartit pas de manière uniforme, on aura des contrastes saisonniers, qui se retrouvent sur les débits des cours d’eau. »

Les chercheurs ont constaté une augmentation des débits de crue dans le nord-ouest de l’Europe alors qu’ils diminuent dans le sud et l’est de l’Europe.

De plus, certaines variables pourraient encore complexifier les prévisions. « Les crues des petits cours d’eau et le risque d’inondation par ruissellement peuvent être plus importants à cause de l’augmentation de la fréquence des orages », note ainsi l’Irstea. Or des scientifiques ont déjà montré que les épisodes de pluies extrêmes devraient s’intensifier avec le changement climatique.

Sans oublier l’imperméabilisation croissante des sols, via la bétonisation, qui « augmente le transfert d’eau vers les rivières, puisque le sol ne joue plus son rôle de réservoir temporaire », souligne Éric Sauquet. Les opérations de recalibrage des cours d’eau — telle la construction de digues — en perturbant le lien entre les rivières et les nappes, accentuent également les risques d’inondation.

Pour le chercheur, l’essentiel reste désormais de « ne pas augmenter notre vulnérabilité ». Il s’agit de « mieux connaître l’aléa pour mieux anticiper », de « bannir les solutions de bétonisation et d’artificialisation des cours d’eau et coopérer avec la nature ». Et surtout d’arrêter « de construire n’importe où », notamment près des cours d’eau.


Puisque vous êtes ici…

... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.

Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre. Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pour se protéger des crues, une solution : coopérer avec la nature

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. chapo : Crue de la Seine à Tries-sur-Seine. © Nicolas DUPREY/ Flickr
. Schéma © G. Bloeschl et al., Changing climate both increases and decreases European river floods, Nature
. Pont canal de Briare FredArt/ Flickr

Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Climat