Accueil > Editorial > Alternative >

Covoiturage : Mobicoop, l’alternative solidaire à Blablacar

4 septembre 2019 / Franck Dépretz (Reporterre)



Face à Blablacar, le covoiturage libre est à réinventer. C’est le pari que tente Mobicoop, une plateforme coopérative basée à Nancy qui met en relation les covoitureurs sans toucher de commissions.

770 kilomètres séparent Nancy de Sanary-sur-Mer. Cette station balnéaire du Var est la destination qu’a choisie Marion pour y passer ses vacances. Pour s’y rendre, le trajet proposé à Marion par Mobicoop revient à 46,20 euros en prenant en compte le prix fixé par défaut. Sur Blablacar il faut compter 65 euros. « Et encore, c’est le moins cher. En moyenne, les conducteurs proposaient 72 euros pour le même trajet, et ça pouvait monter à 81,50 euros ! », ajoute Marion, en rougissant légèrement.

Et si Marion rougit, c’est parce qu’elle est chargée de communication à Mobicoop. Elle est bien obligée de nous avouer que les probabilités de trouver les deux personnes qui pourraient remplir sa banquette arrière sont faibles si elle compte sur le site de covoiturage libre. Donc, elle le concède : elle va sur Blablacar... Le leader mondial du covoiturage revendique 70 millions d’utilisateurs répartis dans 22 pays – 16 millions rien qu’en France – contre 350.000 actuellement chez Mobicoop.

« C’est pour ça que notre objectif est d’avoir 1,5 millions d’utilisateurs d’ici à 2021. Ainsi, on aurait une offre de trajets assez bien répartis sur toute la France pour permettre aux covoitureurs qui le souhaitent de se passer totalement de Blablacar », dit Matthieu Jacquot. Le directeur général de Mobicoop nous reçoit près de la vieille ville et de la fac de droit de Nancy, en Meurthe-et-Moselle, dans la cuisine de l’appartement qui sert de local à la plateforme coopérative.

Mobicoop repose sur ses 850 coopérateurs, qui ont pris une part à 100 euros

À l’entrée de l’immeuble, la sonnette indique encore le nom de son ancienne société : Covivo. En novembre 2018, cette entreprise spécialisée dans le service de covoiturage à destination des entreprises et collectivités territoriales a fusionné avec l’association à but non lucratif qui gérait le site covoiturage-libre.fr, créé en 2011 en réaction au passage au mode payant de Blablacar. Le mélange des deux entités a donc formé Mobicoop et rassemble une quinzaine de salariés. La moitié d’entre eux travaillent à Nancy, le reste en télétravail depuis la France entière.

« On ne peut pas créer une vraie alternative au modèle dominant en nous reposant sur des dons, des bénévoles et des subventions, assure Matthieu Jacquot. On sent que les gens l’ont compris. Depuis qu’on est passé du modèle associatif à la coopérative, il y a une réelle dynamique qui nous pousse à revenir aux valeurs sociales et écologiques du covoiturage. »

Aucune plus-value sur les actions, au moins 57,5 % des résultats obligatoirement réinvestis dans la coopérative, un sociétariat composé aussi bien de salariés que d’utilisateurs.... La forme juridique employée par Mobicoop – la société coopérative d’intérêt collectif – repose sur ses coopérateurs. Actuellement, ils sont 850 à avoir pris au moins une part sociale à 100 euros. « C’est le prix à payer pour se réapproprier la mobilité partagée comme un bien commun », justifie Patricia, une des coopératrices, qui coanime, avec Marion, un apéro de présentation de Mobicoop qui se tient à quelques centaines de mètres du siège de la société en ce début du mois de juillet.

Marion Deton, la chargée de communication, anime un apéro de présentation de Mobicoop à Nancy.

Devant une trentaine de curieux réunis à la Cantoche, le premier restaurant participatif, associatif et autogéré de Nancy, Patricia explique le principe de gouvernance sur lequel repose Mobicoop : « Une personne égale une voix. La personne qui a pris une part sociale a autant de pouvoir en assemblée générale que la personne qui en a pris 100. »

En France, sept salariés sur dix vont travailler en voiture, d’après l’Insee. Or, le taux d’occupation moyen d’un véhicule en milieu urbain n’est que de 1,06 passager. En passant à deux passagers, il y aurait un tiers des automobiles en moins en circulation en Île-de-France, par exemple. Bref, en réduisant le nombre d’autosolistes – automobilistes seuls au volant – on réduit les embouteillages et les émissions de CO2 d’une pierre deux coups. Mais encore faut-il que le covoiturage soit accessible au plus grand nombre.

« À la différence de Blablacar, Mobicoop garantit qu’elle ne prendra jamais de commission sur les trajets »

À Mobicoop, la mise en relation entre conducteurs et passagers est entièrement gratuite – quand les frais de service peuvent représenter jusqu’à 25 % du coût du trajet chez Blabacar. Pour le Nancy – Sanary-sur-Mer de Marion par exemple, ces frais s’élèvent à 10 euros (sur 65 euros). Quant au prix fixé par défaut par la start-up au plus d’un milliard d’euros de valorisation, il est de 0,071 euro le kilomètre sur ce même trajet, quand Mobicoop est à 0,060 euro le kilomètre. « À la grande différence de Blablacar, Mobicoop garantit qu’elle ne prendra jamais de commission sur les trajets. L’argent des utilisateurs ne finit pas dans la poche des actionnaires ou de fonds d’investissements », annonce Patricia, qui porte fièrement le slogan de la coopérative sur son tee-shirt : « Moins de bagnoles, plus de rossignols ».

Difficile, toutefois, de rivaliser avec les 400 millions d’euros de fonds levés par Blablacar depuis sa création sans se donner les moyens en face. Mobicoop espère que son capital – actuellement 350.000 euros – atteindra deux millions d’euros d’ici 2021. Elle compte, pour cela, rassembler 20.000 coopérateurs au cours de sa campagne de sociétariat, débutée en décembre 2018 et toujours en cours. Gilbert, retraité depuis cinq ans, « bénévole à temps plein dans les associations », a pris deux parts chez Mobicoop. Une pour son épouse, une pour lui. « Quand je tombe sur un passager étudiant, explique-t-il au cours de l’apéro à la Cantoche, je voudrais le faire voyager gratuitement mais sur Blablacar je ne peux pas, puisque le paiement s’effectue en avance sur Internet. Pas sur Mobicoop. »

« La plupart des gens utilisent Blablacar parce qu’ils sont sûrs d’être payés », remarque un autre participant à la soirée, qui se demande ce que propose la coopérative pour éviter les annulations de dernière minute. La plupart des paiements s’effectuant le plus souvent de main à main, entre le passager et le conducteur, Mobicoop ne peut donc pas garantir que le conducteur soit rémunéré systématiquement.

Covoitureur et retraité depuis cinq ans, Gilbert (à droite), discute avec deux des cinq développeurs web de Mobicoop.

« Mobicoop est vraiment basé sur la confiance, rappelle Patricia. Le but n’est pas de prendre les gens pour des escrocs permanents. » Un porte-monnaie électronique permet toutefois d’effectuer les transactions le jour du trajet. Et une fonctionnalité de paiement en avance devrait bientôt voir le jour pour les passagers et conducteurs qui se seraient préalablement mis d’accord par téléphone ou par messagerie.

Coopérateurs, utilisateurs, bénévoles : tous ont la possibilité de s’impliquer dans le projet

Le système de notation et de profilage des utilisateurs devrait être défini par les membres eux-mêmes, invités à rejoindre un cercle de gouvernance. « Il ne faut pas que ça devienne une dictature. Si vous n’avez pas 4,5 / 5, personne ne monte dans la voiture, précise Matthieu Jacquot, en référence au fonctionnement de Blablacar. Le conducteur est presque obligé de harceler ses passagers pour qu’ils lui donnent une note. Sous-entendu : une bonne note. Au final, le passager met-il la note pour faire plaisir au conducteur ? Ou est-il vraiment objectif ? Le but de Mobicoop doit être de trouver un moyen de prendre les avis des utilisateurs sans non plus faire du conducteur une marchandise dont l’unique but est de rentabiliser sa voiture. »

Coopérateurs, utilisateurs, bénévoles... Tous ont la possibilité de s’impliquer dans le projet. Maxime, l’un des cinq développeurs web, encadre quelques-unes des petites mains qui veulent apporter de nouvelles fonctionnalités sur Mobicoop.fr. Ou écrire le code source de la prochaine version du site, qui devrait être opérationnelle d’ici janvier 2020. « On a toujours travaillé à partir de logiciels libres, explique Maxime, arrivé il y a un an. Mais pour tout ce qui est calcul de distance, potentialité de croisement, etc., on était encore dépendant des services de Google qui collectent énormément de données personnelles et les partagent aux autres Gafam [grandes firmes du Web, Google Apple Facebook Amazon Microsoft]. Notre but, d’ici janvier, est de sortir complètement de Google avec des outils comme OpenStreetMap, un service de cartographie libre. Enfin... On ne va pas aller jusqu’à nous déréférencer du moteur de recherche. Il faut quand même qu’on soit visible du plus grand nombre ! »

« Si le covoiturage se substituait au train, ce serait une défaite »

À terme, Mobicoop devrait diversifier ses services et proposer, en partenariat avec le réseau coopératif Citiz, des locations de voitures en libre service et de particulier à particulier. La coopérative entend développer le « transport solidaire » pour les personnes non véhiculées, touchées par la fracture numérique ou la désertification des transports en commun. S’il n’y a ni transport en commun, ni covoiturage déjà programmés qui permettent de répondre aux besoins de la personne, des bénévoles d’associations partenaires de Mobicoop seront invités à effectuer le trajet contre remboursement des frais d’essence.

La moitié des quinze salariés de Mobicoop, comme le directeur général Matthieu Jacquot, travaillent au local de la coopérative, à Nancy.

Enfin, la création de sites de covoiturage et autres services à destination des entreprises et des collectivités territoriales, enclenchée sous Covivo, se poursuit avec Mobicoop – et représente environ 95 % du chiffre d’affaires actuel. Et si l’une de ces collectivités clientes de la plateforme coopérative venait à supprimer une petite ligne de bus ou de TER dans un territoire enclavé tout en faisant appel aux services Mobicoop, comment réagirait-elle ? Ce cas de figure ne devrait pas se présenter, si l’on en croit Matthieu Jacquot, transports en commun et covoiturage étant complémentaires, selon lui, et non concurrents.

Certes, « en courte distance, le covoiturage concurrence peu les transports en commun car il coûte sensiblement plus cher au kilomètre et il offre un confort moindre », note l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) dans une étude de septembre 2015. Mais en longue distance, « il concurrence fortement le train surtout pour les déplacements des étudiants se déplaçant vers le domicile familial et pour les déplacements pour les loisirs. (…) Ainsi, alors que 40 % des usagers se déplaçaient au moins une fois par mois en train avant le covoiturage, ils ne sont plus que 26 % en covoiturant. »

« Si le covoiturage se substituait au train, ce serait une défaite, accorde volontiers le directeur de Mobicoop. Notre objectif est d’être là où l’offre de mobilité est inexistante ! » Oui, mais admettons. Si ça arrivait ? Il réfléchit un temps, puis se lance : « Peut-on condamner politiquement une décision et y participer sur le plan économique ? Si vraiment il fallait se poser cette question, je ne saurais y répondre seul. D’où l’intérêt, pour ce genre de décision, de décider collectivement. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : On peut se passer d’auto dans le rural, montrent l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche

Source : Franck Dépretz pour Reporterre

Photos : /Reporterre
. chapô et voiture bleue : Maxime Henry, community manager à Mobicoop.
. © Franck Depretz/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Quotidien