Accueil > Editorial > Info >

Climat : la France ne tient pas ses objectifs

19 septembre 2019 / Émilie Massemin (Reporterre)



Les émissions de gaz à effet de serre ont légèrement baissé en France en 2018, du fait de la douceur de l’hiver. Mais le gouvernement est très en retard sur tous ses objectifs, constate l’Observatoire climat-énergie.

Grèves pour le climat, marches partout dans le monde, Assemblée générale des Nations unies sur le réchauffement, rapport du Giec sur les océans… À partir du 20 septembre, des événements majeurs marquent la mobilisation pour lutter contre le changement climatique. Un moment essentiel, que Reporterre a décidé d’accompagner par une série d’articles de fond, sous le sigle « Huit jours pour le climat ».


Une bonne nouvelle qui en cache beaucoup de mauvaises : c’est ce qu’a présenté l’Observatoire climat-énergie, mercredi 18 septembre à l’Assemblée nationale, en présence des députés Matthieu Orphelin (non inscrit) et Erwan Balanant (Modem). Si les émissions de gaz à effet de serre de la France ont diminué de 4,2 % en 2018 par rapport à 2017, la France est très en retard sur tous ses objectifs de réduction. Logement, transports, énergie… « L’année dernière, on avait un indicateur vert. Cette année, tous les voyants sont au rouge », constate Anne Bringault, responsable de la transition énergétique au Réseau Action Climat (RAC).

L’Observatoire climat-énergie, composé du RAC, du Cler-Réseau pour la transition énergétique, d’Entreprises pour l’environnement, de l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) et de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), a établi pour la deuxième année le bilan des émissions de gaz à effet de serre de la France dans les différents secteurs : logement, transports, agriculture, etc. Il le compare ensuite aux objectifs de réduction inscrits dans la loi de transition énergétique et dans ses deux outils de pilotage, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la stratégie nationale bas-carbone (SNBC). « L’idée est de pouvoir répondre de manière accessible à la question suivante : la France tient-elle ses objectifs ? Il est particulièrement important de le savoir au moment des mobilisations pour le climat prévues vendredi et samedi et alors que l’Assemblée générale des Nations unies se tiendra la semaine prochaine à New York. »

La réponse est plus que mitigée. Les émissions de gaz à effet de serre de la France ont effectivement baissé de 4,2 % entre 2017 et 2018, après trois années consécutives de hausse. Le ministère de la Transition écologique et solidaire s’est empressé de publier un communiqué de presse dans lequel il se félicite de ce bon résultat : « L’année 2018 est (…) une année de rupture à plusieurs égards. Elle est la première année de baisse des émissions globales de la France depuis 2014 ; nous n’avons jamais aussi peu émis de gaz à effet de serre au XXIe siècle. »

« La mauvaise nouvelle, c’est que 40 % de cette baisse est imputable à un hiver très doux », relativise Mme Bringault. Et que la France reste très en retard sur ses objectifs : elle dépasse de 4,5 % le budget carbone prévu pour 2018. Ce sont ainsi 65 mégatonnes d’équivalent CO2 qui ont été relâchées en plus dans l’atmosphère « qu’il faudra absorber un jour ou l’autre pour rattraper ce retard ».

Transports : voitures et camions continuent à trop émettre

Cancre de la classe, le secteur des transports, qui représente à lui seul 31 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Certes, les émissions ont légèrement baissé en 2018 ; mais elles dépassent de 12,6 % l’objectif inscrit dans la SNBC. Au lieu de baisser, la part du transport routier augmente pour atteindre 89,1 % de l’ensemble des transports ; à l’inverse, la part du fret ferroviaire et fluvial est en chute libre, à 23,9 % en dessous de l’objectif prévu pour 2018. « Les émissions des véhicules neufs ont également augmenté », indique Mme Bringault. Pour Claire Tutenuit, déléguée générale d’Entreprises pour l’environnement, cette hausse pourrait être imputable au « basculement du diesel vers l’essence, puisque les moteurs diesel émettent plus de particules fines mais moins de CO2 que les moteurs essence ».

Logement : le plan de rénovation énergétique est en panne

Le logement représente 20 % des émissions de gaz à effet de serre françaises. Les émissions ont fortement baissé en raison d’un hiver très doux, mais restent 14,5 % supérieures à l’objectif inscrit dans la SNBC. En cause, le retard accumulé dans le plan de rénovation énergétique des logements. « On ne sait pas exactement où on en est parce que les statistiques n’existent pas, mais les quelques chiffres qui circulent — 200.000, 300.000… — sont bien en dessous de l’objectif de 500.000 rénovations par an fixé par le gouvernement », estime Mme Bringaut.

À en croire les participants de l’observatoire, ce plan est le parent pauvre des politiques climatiques du gouvernement. Déjà, aucun indicateur n’a été prévu pour le suivi. « L’enquête Tremi de l’Ademe, fondée sur les déclarations des ménages, n’a pas fourni de chiffres satisfaisants, car ils sont établis sur trois années glissantes et additionnent tous les types de rénovation — peinture comprise. On travaille à la création d’un observatoire de la rénovation énergétique mais les données ne sont pas faciles à rassembler car elles sont très dispersées », reconnaît David Marchal, directeur adjoint Productions et énergies durables de l’Ademe.

La mise en œuvre du plan n’est pas pilotée non plus. « On a remarqué que la PPE intégrait une feuille de route pour la mobilité propre, mais rien sur la manière dont on allait gérer le chantier de la rénovation jusqu’en 2030, déplore Andreas Rüdinger, chercheur associé à l’Iddri. Cela devrait être intégré à la loi Énergie. En attendant, le gouvernement change les outils et les aides mais n’a pas de vision de long terme. Quand nous lui avons suggéré une aide publique unique qui dépende de la performance énergétique après travaux, il a trouvé ça trop compliqué. Enfin, les moyens ne sont pas là : d’après le Panorama des financements climat 2018, il manque 7 milliards d’euros par an d’investissements dans la rénovation énergétique. »

Agriculture : pas de données, pas de feuille de route

Le secteur agricole présente un enjeu double, puisqu’il est à la fois fortement émetteur et qu’il peut constituer un puits de carbone. Mais ses émissions de gaz à effet de serre en 2018 ne seront pas connues avant la fin de l’année. Quant à la feuille de route pour réduire ses émissions, elle n’existe pas : « On sait d’où viennent les émissions : de l’élevage pour le méthane, et de l’épandage d’engrais azoté pour le protoxyde d’azote. Mais la SNBC ne prévoit ni réduction du cheptel, ni diminution dans l’utilisation des engrais. Cela pose la question des indicateurs », s’interroge Mme Bringault.

Industrie : première de la classe

Les émissions du secteur de l’industrie ont baissé entre 2017 et 2018, à peine moins que prévu (+ 0,6 % par rapport au budget carbone alloué dans la SNBC).

Consommation d’énergie : elle baisse à peine

La légère baisse de consommation d’énergie entre 2017 et 2018, - 1,2 %, s’explique encore une fois par la douceur de l’hiver. L’objectif d’étape fixé par la SNBC — -7 % en 2018 par rapport à 2012 — est loin d’être atteint : la consommation n’a baissé que de 0,2 % sur cette période. « La consommation d’énergies fossiles a bien baissé en 2018, ce qui nous inscrit à peu près dans la trajectoire inscrite dans la PPE — -30 % de consommation d’énergies fossiles en 2030. Mais on ne tient l’objectif que pour le charbon : pour les produits pétroliers et le gaz naturel, on est 5 à 8 % au-dessus des objectifs », détaille Jean-Baptiste Lebrun, directeur du Cler.

Énergies renouvelables : en retard

À Avignonet-Lauragais (Haute-Garonne).

En parallèle, le déploiement des énergies renouvelables traîne en longueur. La France prévoit 23 % d’énergies renouvelables dans son mix électrique pour 2030 ; en 2018, elles ne représentent que 16,5 %, « 20 % en deçà de ce qui aurait dû être fait pour être aligné avec l’objectif de 2030 », estime M. Lebrun. « On est en particulier très en retard pour l’éolien maritime et le solaire photovoltaïque et thermique. »

Comment redresser la barre ?

« L’outil est neutre, rappelle Mme Bringault. Nous laisserons le soin aux ONG de commenter ces résultats. » Néanmoins, tous les participants de l’observatoire sont unanimes sur la nécessité d’accélérer la transition et chacun a sa petite idée sur comment y parvenir. « Au cours de notre enquête Zen 2050, nous avons rassemblé un panel de citoyens diversifiés. Ils percevaient le climat comme un problème relevant des décideurs politiques et des entreprises. Mais la mobilisation des citoyens est indispensable, notamment pour les transports et la rénovation énergétique. Il ne peut pas y avoir des Bonnets rouges et des Gilets jaunes tout le temps », s’agace Mme Tutenuit.

« Les solutions, on les connaît. Mais comment les concilier avec l’impératif démocratique ? La convention citoyenne pour le climat, qui commencera le mois prochain, arrivera-t-elle à créer un consensus démocratique ? » s’interroge M. Rüdinger. Pour lui, l’État reste un acteur central dans la mise en œuvre de la politique climatique : « Il faut décloisonner les politiques climatiques, généraliser une évaluation climatique pour tous les projets de loi et d’infrastructures. Le gouvernement a lancé une mission pour voir dans quelle mesure c’était possible. »

D’ici là, le gouvernement doit présenter le 26 décembre des mesures complémentaires « pour répondre à ces dérapages », indique Mme Bringault. L’Observatoire climat-énergie sera mis à jour après la publication des prochaines loi de transition énergétique, SNBC et PPE, et continuera à scruter ses résultats. Tout en élargissant sa portée : une version anglaise est en cours d’élaboration, ainsi que des observatoires similaires à l’échelon régional et pour d’autres pays de l’Union européenne.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La France est très en retard sur ses objectifs Climat et Economies d’énergie

Source : Émilie Massemin pour Reporterre

Photos :
. chapô : © Lucas Mascarello/Reporterre
. rénovation : Flickr ([mementosis]/CC BY-NC-ND 2.0)
. énergies renouvelables : © Grégoire Souchay/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Huit jours pour le climat



Sur les mêmes thèmes       Climat Politique