Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Libertés

Chasses présidentielles : des journalistes s’unissent pour le droit d’informer

Accéder à des documents est essentiel pour des journalistes, mais l’administration française fait parfois preuve de mauvaise volonté, voire refuse de rendre publics certains écrits. Afin d’y remédier, douze journalistes ont créé, le 8 décembre dernier, l’Association des journalistes pour la transparence (AJT). Son objectif : contraindre l’administration à davantage de transparence dans de nombreux domaines, comme l’environnement, la santé, l’utilisation de l’argent public ou encore le lobbying.

Pour son lancement, le collectif (qui regroupe des journalistes indépendants, du Monde, de Mediapart et du Canard enchaîné) a décidé de s’attaquer au sujet des chasses présidentielles de Chambord (Loir-et-Cher). Officiellement, ces dernières n’existent plus depuis quinze ans. Dans son ouvrage Le jardin secret de la République, le journaliste Marcelo Wesfreid avait cependant montré que des parlementaires étaient régulièrement invités à des battues. Le domaine aurait pour ambition de redevenir « La Mecque de la chasse ».

En octobre 2019, le journaliste indépendant Pierre Januel avait tenté d’obtenir la liste des participants aux chasses présidentielles, au titre du droit d’accès aux documents administratifs. Cette demande ayant été refusée par le domaine et le tribunal administratif, l’Association des journalistes pour la transparence souhaiterait désormais déposer un recours devant le Conseil d’État. Le collectif a lancé une cagnotte afin de financer les frais de justice de cette procédure. Ils s’élèveraient, selon ses calculs, à plus de 5 000 euros. Si le collectif parvient à atteindre cet objectif, précise-t-il, « l’argent supplémentaire servira à financer d’autres recours portés par l’association ».

À terme, l’association souhaite soutenir les journalistes dans l’ensemble de leurs démarches d’accès aux documents publics dans les domaines relevant de l’intérêt général. Cet accès, pourtant garanti par la loi et par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, peut en effet souvent se transformer en « parcours du combattant » chronophage et onéreux, selon l’association.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner