Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Politique

Charbon, forêt, voiture électrique... Les enjeux écolos de l’élection allemande

Charbon, nucléaire, voiture électrique, taxe carbone et forêts : à l’approche des élections fédérales allemandes du 26 septembre, Reporterre s’est penché sur les grands défis écologiques qui attendent le ou la chancelière qui succédera à Angela Merkel.

Angela Merkel laissera sa place à une nouvelle chancelière ou un chancelier à l’issue des élections fédérales allemandes du dimanche 26 septembre. Entre la sortie du charbon ou du nucléaire, la question de la voiture électrique, en passant par la taxe carbone et les forêts, Reporterre a fait le point sur les grands défis auxquels est confrontée la première puissance européenne.



En finir avec le charbon, un enjeu des législatives allemandes

Une excavatrice dans la mine de Garzweiler, près de Cologne, en mai 2021. © Violette Bonnebas/Reporterre
  • Lire l’article ici.


La sortie du nucléaire, l’autre enjeu des élections allemandes

La centrale nucléaire de Grohnde, en Allemagne. © Violette Bonnebas/Reporterre
  • Lire l’article ici.


La voiture électrique, le défi vrombissant de l’après-Merkel

La gamme de voitures électriques ID de Volkswagen présentée par Herbert Diess, président du directoire du groupe allemand, en 2018. Wikimedia Commons/CC BY-SA 4.0/Matti Blume
  • Lire l’article ici.


Sauver les forêts, un chantier pour les prochains dirigeants allemands

De nombreuses espèces protégées ont leur habitat dans la forêt de Grumsiner, en Allemagne. © Nabu/Sebastian Sczepanski
  • Lire l’article ici.


L’Allemagne s’engage dans la taxe carbone... et sociale

  • Lire l’article ici.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire