Accueil > On en parle >

Capitalisme ou écologie : il n’y a pas d’entre deux

10 septembre 2020 / Hervé Kempf



Chaos climatique, apartheid généralisé, nouvelle élite hybridée avec les machines… « Il faut rejeter cette vision mortifère », écrit Hervé Kempf, auteur de « Que crève le capitalisme ». Cet ouvrage est un appel à dépasser le fatalisme et à entrer en lutte.

La catastrophe écologique est enclenchée, la crise du coronavirus a fracturé le monde entier. Un responsable : le capitalisme. En saccageant le service public de la santé, il a transformé un épisode grave mais gérable en désastre. En poursuivant la destruction des écosystèmes, il a mis en contact des virus mortels avec la population humaine. En aggravant les inégalités, il a plongé des dizaines de millions de personnes dans la misère.

Le gong avait pourtant déjà retenti lors de la crise financière de 2008. Mais plutôt que de se remettre en cause, les capitalistes ont formé un nouveau paradigme : l’avenir sera technologique, fondé sur la numérisation et l’intelligence artificielle. Il conduira à une nouvelle élite hybridée avec les machines. Et la masse de l’humanité sera rejetée dans le chaos climatique, au prix d’un apartheid généralisé.

Il faut rejeter cette vision mortifère. L’oligarchie est aujourd’hui une caste criminelle. On ne la convaincra pas, on la contraindra. Des stratégies de résistance sont nécessaires, possibles et nombreuses. Cet ouvrage est un appel à dépasser le fatalisme et à entrer en lutte.

Car le capitalisme vacille. Et c’est tant mieux : il est temps que s’ouvre le monde nouveau.

 Présentation du livre à Paris ce JEUDI à 19 h  : à la librairie ICI, 25 bd Poissionnière, 75002 Paris, avec Jade Lindgaard. INFOS->https://www.icigrandsboulevards.fr/post/399/rencontre-dedicace-avec-herve-kempf]]






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.