Accueil > Editorial > Brèves >

Blocages à Londres : Extinction Rebellion réclame un « état d’urgence climatique »

17 avril 2019



Plusieurs milliers de manifestants ont perturbé la circulation lundi 15 avril à Londres à l’appel du mouvement Extinction Rebellion pour réclamer un « état d’urgence écologique ».

Ces militants se sont réunis dans six lieux de la capitale britannique, sur des artères particulièrement fréquentées, comme le pont de Waterloo ou Oxford Street, ou à proximité des symboles du pouvoir politique ou économique, comme à Parliament Square, à quelques dizaines de mètres du parlement et du siège du gouvernement.

Les activistes ont brisé les portes vitrées d’accès au siège de la compagnie pétrolière Shell, accusée d’« écocide ». Ils ont déroulé une banderole « Shell knows » (Shell est au courant), ou encore tagué les mots « mensonges » sur la façade. « Les énergies fossiles nous tuent - zéro carbone maintenant », proclamaient leurs pancartes.

Aux extrémités du pont de Waterloo, plus d’un millier de militants, parfois déguisés, bloquaient la circulation en milieu de journée, laissant seulement passer les vélos ou les skateboards. Plusieurs centaines de personnes en profitaient pour déjeuner au soleil dans une ambiance bon enfant, après que des stands de nourriture végétarienne eurent été installés, tandis que défilait une fanfare.

Les protestataires avaient installé des tentes et des banderoles à des carrefours emblématiques de la capitale, comme Oxford Circus ou Marble Arch. Certains ont passé la nuit sur place. La police britannique a annoncé mardi avoir interpellé 113 militants écologistes.

« En causant intentionnellement plus de 6.000 livres (7.000 €) de dommages », qu’elle a elle-même estimés, Extinction Rebellion a expliqué vouloir « porter l’affaire devant un tribunal avec des jurés populaires plutôt qu’un tribunal où les juges siègent seuls », et ainsi alerter sur la nécessité d’un « changement radical, sans quoi les conséquences pour la planète seront catastrophiques ».

Extinction Rebellion a annoncé, dans le cadre de sa « rébellion internationale », des mobilisations dans 80 villes dans 33 pays jusqu’au 22 avril. Des blocages de routes sont prévus mardi 16 et mercredi 17 avril à Vienne et vendredi 19 avril à Paris. Un « camping non-violent » est organisé à Melbourne, devant le parlement de l’État de Victoria (sud-est de l’Australie), à partir de mardi soir, et un rassemblement est annoncé à Washington dimanche 21 avril.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Extinction Rebellion



Sur les mêmes thèmes       Luttes