Hortense Chauvin"/>
Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Au Groenland, la vague de chaleur fait fondre la calotte glaciaire à vue d’œil

Le Groenland a subi une fonte massive de sa calotte glaciaire, causée par une vague de chaleur inédite. Le rythme de disparition de ces glaces est de plus en plus soutenu, favorisant une hausse considérable du niveau de la mer dans les décennies à venir.

Une vague de chaleur exceptionnelle a provoqué un épisode de fonte « massive » de la calotte glaciaire groenlandaise, alertent des glaciologues. Depuis mercredi 28 juillet, l’étendue de glace qui recouvre le pays a fondu d’environ huit milliards de tonnes par jour. Il s’agit d’un volume immense : comme le rappellent les chercheurs du Polar Portal, un outil de modélisation géré par des instituts de recherche danois, la quantité d’eau douce relâchée quotidiennement dans l’océan au cours des derniers jours « suffirait pour recouvrir de cinq centimètres d’eau l’ensemble de la surface de la Floride », soit plus de 170 000 km².

Le vaste territoire arctique est soumis depuis plusieurs jours à des températures anormalement élevées : jeudi 29 juillet, le mercure a atteint 23,4 °C dans le nord-est du pays. Il s’agit du plus haut niveau jamais enregistré depuis le début des relevés météorologiques dans la région. Les températures observées ailleurs sur le territoire sont parfois supérieures de plus de dix degrés aux normales saisonnières.

Ces températures inhabituelles ont accéléré la fonte de la calotte glaciaire groenlandaise, un phénomène saisonnier qui dure habituellement de juin à août. Le rythme de fonte observé au cours des derniers jours se distingue par son intensité. Il est deux fois plus rapide que la moyenne traditionnellement observée au Groenland lors de la période estivale. Si le record de fonte quotidien, qui date de 2019, n’a pas été battu (onze milliards de tonnes, soit l’équivalent de 4,4 millions de piscines olympiques, avait à l’époque fondu en une seule journée), la zone concernée est bien plus étendue aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a deux ans.

Selon une étude publiée dans la revue Nature en 2019, la calotte glaciaire groenlandaise fond aujourd’hui à un rythme plus soutenu qu’au cours des 12 000 dernières années. Sans diminution drastique et immédiate de nos émissions de gaz à effet de serre, les scientifiques s’attendent malheureusement à ce que ce phénomène se poursuive. Les conséquences devraient être extrêmement graves pour les humains et le reste de la biosphère. Comme le rappelle le Guardian, la fonte accélérée des glaces modifie en effet les courants océaniques, perturbe les écosystèmes marins et menace d’inondation les populations côtières. D’ici 2100, la fonte de la calotte glaciaire groenlandaise pourrait faire augmenter le niveau de la mer de 5 à 33 centimètres. L’inaction des gouvernements dirige pour le moment l’humanité vers « le milieu, voire l’extrémité supérieure » de cette fourchette, selon un glaciologue interrogé par le quotidien britannique.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire