Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Au Groenland, la fonte des glaces libère du mercure toxique

Des concentrations inquiétantes de mercure ont été observées dans les rivières et les fjords issus des eaux de fonte glaciaire du Groenland, selon une récente étude. Un métal toxique qui s’accumule dans les organismes de la faune et des populations autochtones.

Le réchauffement climatique entraîne la fonte des glaciers et donc une élévation du niveau de la mer, mais pas seulement. Selon une étude publiée lundi 24 mai dans Nature Geoscience, les rivières et les fjords issus des eaux de fonte des blocs de glace du Groenland présentent des concentrations de mercure inquiétantes.

Des scientifiques ont effectué deux expéditions au Groenland, en 2015 et 2018, et ont prélevé des échantillons de trois rivières recevant des quantités substantielles d’eau de fonte de la calotte glaciaire, jusqu’à 800 m3 par seconde. Les échantillons ont été filtrés pour éliminer tout sédiment et mis à l’abri de toute contamination. Les chercheurs ont ensuite analysé la concentration de mercure dans chacun d’eux.

Conclusion : le taux de mercure dissous relevé par les chercheurs est près de dix fois plus élevé que ceux habituellement mesurés dans les rivières (plus de 150 nanogrammes par litre, contre environ 1 à 10 nanogrammes par litre). « Il y a des niveaux étonnamment élevés de mercure dans les eaux de fonte glaciaire que nous avons échantillonnées dans le sud-ouest du Groenland », a déclaré dans un communiqué de presse de l’université d’État de Floride, le biogéochimiste responsable des recherches, Jon Hawkings. C’est un taux record, similaire à celui des rivières les plus polluées par les humains.

« Les fjords de l’Arctique pourraient devenir des points chauds, très concentrés en mercure »

Sauf qu’ici, le mercure serait d’origine naturelle. « La raison de ces concentrations reste encore un peu en suspens, explique à Reporterre Jérôme Fort, chercheur du CNRS au laboratoire Littoral, environnement et sociétés. Jusqu’à présent, on pensait que le mercure était transporté de nos latitudes à l’Arctique grâce aux courants atmosphériques. Mais l’étude suggère qu’il est produit grâce aux propriétés physiques et chimiques du milieu. Il s’avère que dans la structure géologique de la calotte glaciaire, il y a des quantités importantes de mercure. » Un phénomène d’autant plus inquiétant que rien ne peut être fait pour limiter la libération du métal.

Les chercheurs estiment que cette source de mercure exporte des quantités importantes dans les fjords, ces étendues d’eau longues et étroites creusées par les glaciers en mouvement, situés en aval. Cette région du Groenland pourrait exporter jusqu’à 42 tonnes de mercure chaque année, soit environ 10 % de l’exportation mondiale estimée de mercure des rivières vers les océans. « Les fjords de l’Arctique pourraient devenir des points chauds, très concentrés en mercure », complète Jérôme Fort.

Vue aérienne du Groenland.

Une précédente étude, publiée en 2018, avait révélé que les sols glacés de l’hémisphère Nord représentent la plus grande réserve de mercure de la planète. 1 656 millions de kilogrammes de ce métal y sont présents. 863 millions de kilogrammes se trouvent dans la couche superficielle du sol qui gèle et dégèle chaque année, et 793 millions de kilos sont gelés dans le pergélisol. Au total, cela permettrait de remplir l’équivalent de cinquante piscines olympiques.

Les populations autochtones touchées

Si l’origine anthropique de ce mercure est exclue, la question des conséquences de cet échappement pour les écosystèmes se pose. Car le métal toxique s’accumule dans les organismes de la faune locale : « Lorsqu’il est libéré, le mercure est sous forme inorganique, il n’a pas d’impact sur les espèces, dit M. Fort. Mais dans certaines conditions, il se transforme en méthylmercure, une forme plus toxique. »

Du méthylmercure se retrouve ainsi dans les systèmes digestifs des oiseaux, poissons, phoques, morses, ours polaires ou baleines. Et les populations autochtones de l’Arctique, qui dépendent de la pêche et de la chasse pour se nourrir, présentent une des plus hautes concentrations dans le sang, selon le chercheur du CNRS. « Plus on monte dans la chaîne alimentaire, plus le taux de méthylmercure est important : les organismes accumulent le mercure, les prédateurs ingèrent le mercure des proies, leur mercure est à leur tour ingéré par leurs prédateurs, etc. Et en bout de chaîne, on trouve les populations autochtones de l’Arctique », explique Jérôme Fort.

Or, à fortes doses, le mercure peut avoir des effets sur les organismes. « C’est d’abord un neurotoxique, qui peut impacter le cerveau et affecte la reproduction », indique le chercheur. Chez les enfants, il peut nuire au bon développement du cerveau, affecter la mémoire, leurs capacités langagières et même leurs aptitudes motrices et visuelles. Chez les adultes, des quantités excessives de mercure peuvent entraver la vision, la parole et les mouvements musculaires ; compromettre le système immunitaire et causer de graves problèmes cardiovasculaires.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire