Accueil > Editorial > Brèves >

Au Canada, une Nation première s’oppose à la construction du gazoduc Coastal GasLink

13 janvier 2020



Le 31 décembre 2019, Marguerite Church, juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, a signé une injonction d’expulsion contre les membres de la Nation Wet’suwet’en qui gardent et protègent leurs territoires traditionnels contre le projet de pipeline de gaz naturel liquéfié Coastal GasLink (CGL). Ce gazoduc devrait traverser des terres qui n’ont jamais été cédées et qui appartiennent donc aux Wet’suwet’en. La construction devrait commencer cette année.

Les chefs héréditaires des cinq clans Wet’suwet’en ont rejeté la décision de la juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, qui criminalise anuk nu’at’en (la loi wet’suwet’en). Ils empêchent les ouvriers de CGL d’entrer et de rester sur leur territoire. Le dernier ouvrier a été expulsé par les chefs de Wet’suwet’en le samedi 4 janvier 2020.

Selon des documents lus par le Guardian, des notes prises lors d’une réunion stratégique avant un raid militaire sur les terres ancestrales de la nation Wet’suwet’en montrent que les commandants de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont affirmé qu’ « une force dominante pouvant être mortelle est requise », un terme désignant la possibilité de recourir à des armes létales.

Les Wet’suwet’en et leurs soutiens avaient installé le point de contrôle de Gidimt’en en décembre 2019 pour bloquer la construction du pipeline à travers cette région de montagnes et de forêts de pins, à 750 miles au nord de Vancouver (environ 1.200 km).

Le 10 janvier, le commissaire aux Droits de l’Homme de la Colombie-Britannique a exhorté le gouvernement canadien à mettre fin à l’expulsion des peuples Wet’suwet’en qui protestent contre le gazoduc Coastal GasLink. Kasari Govender a pris la parole vendredi après qu’un comité de l’ONU contre le racisme a exhorté le Canada à arrêter immédiatement la construction de trois grands projets extractifs en Colombie-Britannique, dont le gazoduc Coastal GasLink près de Smithers, qui n’a pas eu l’approbation des Premières Nations concernées.

Les manifestations de solidarité avec les Wet’suwet’en se multiplient dans tout le Canada : vendredi 10 janvier, dans l’Ontario, deux convois de véhicules ont ralenti la circulation sur des tronçons de l’autoroute la plus fréquentée du Canada.
E. S.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Sur les mêmes thèmes       Énergie Luttes