Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Animaux

Au Canada, un colibri contrarie l’industrie pétrolière

Au Canada, la découverte de nids endommagés d’une espèce de colibris a stoppé les travaux de l’oléoduc Trans Mountain. Le colibri révèle ainsi les dommages écologiques et climatiques du projet.

On connaissait la fable du colibri qui, face à un incendie, s’active pour éteindre le feu, petite goutte par petite goutte. Nous découvrons désormais l’histoire du colibri qui immobilise (momentanément) un gigantesque chantier d’oléoduc.

Au Canada, le ministère fédéral de l’Environnement a ordonné fin avril la suspension d’une partie des travaux d’expansion du pipeline Trans Mountain. La raison : des nids de colibris d’Anna — oiseau emblématique de la ville de Vancouver (Colombie-Britannique) — ont été découverts, endommagés, sur le secteur du chantier dans une forêt de Burnaby, en Colombie-Britannique.

« C’est une famille de petits oiseaux, décrit à Reporterre Steven Price, président de l’organisme Oiseaux Canada. On les trouvait normalement dans le sud-ouest des États-Unis mais avec le changement climatique, ils sont de plus en plus nombreux dans l’ouest du Canada. »

Des travaux suspendus pendant quatre mois

Les colibris d’Anna ne sont pas en voie d’extinction, mais sont protégés par le Canada’s Migratory Bird Act de 1994, qui précise que tout projet affectant les populations d’oiseaux doit être mis sur pause jusqu’à ce que la saison de nidification soit terminée. « Cette espèce est un symbole, qui a été la première citée dans les médias, mais beaucoup d’autres oiseaux sont aussi dans leur saison de reproduction, comme le tarin des pins, la mésange à tête noire ou le bruant chanteur », précise Steven Price.

Ainsi, les travaux d’élargissement du Trans Mountain vont être suspendus sur un secteur de 900 mètres, pendant quatre mois (jusqu’au 20 août), dans la région d’une forêt de Burnaby. Des oiseaux qui bloquent une construction, cela arrive régulièrement, « trois ou quatre fois par an », estime Steven Price.

Mais pour lui, cette pause de chantier n’est pas suffisante : « L’année prochaine, à la même période, il n’y aura plus d’habitat naturel pour ces oiseaux puisque les arbres auront été coupés, poursuit-il. Il est possible qu’ils aillent nicher dans d’autres forêts, mais on ne peut en être certain. C’est une situation de mortalité indirecte. » S’il se réjouit de la législation canadienne actuelle — qu’il qualifie de « plancher » — qui protège les oiseaux, il milite pour des lois plus fortes, qui garantiraient la préservation de leur habitat naturel.

Un oléoduc de plus de 1 000 kilomètres

Ce projet d’élargissement d’oléoduc Trans Mountain crée la polémique depuis plusieurs années. « C’est un projet d’expansion d’un pipeline actuel, qui part de l’Alberta (là où est produit le pétrole issu des sables bitumineux), traverse les Rocheuses canadiennes sur plus de 1 150 kilomètres et arrive dans la région de Vancouver, rappelle à Reporterre Patrick Bonin, porte-parole et responsable de la campagne énergie-climat de Greenpeace Canada. Le projet vise à rajouter un autre pipeline qui longerait l’actuel, pour permettre l’augmentation de la production de pétrole bitumineux, et son exportation. »

Le nouvel oléoduc doit être achevé à la fin de l’année 2022. Les deux pipelines pourraient alors transporter 890 000 barils de pétrole par jour, contre 300 000 actuellement. Cela triplerait le débit de pétrole, et multiplierait par sept le nombre de bateaux pétroliers dans les eaux côtières de la région de Vancouver.

Le propriétaire de l’ancien pipeline et promoteur du projet d’expansion est… le gouvernement canadien. En 2018, le gouvernement de Justin Trudeau a racheté à la pétrolière texane Kinder Morgan l’oléoduc existant et le projet, pour la somme de 4,5 milliards de dollars. Plusieurs recours ont depuis été déposés, notamment par des communautés autochtones qui craignent les risques de déversement de pétrole toxique sur leurs territoires ou dans la mer, menaçant à la fois leurs activités économiques liées à l’océan et les écosystèmes.

« On ne peut pas respecter l’Accord de Paris tout en investissant dans ce pipeline »

Une étude publiée au début du mois d’avril, produite par une équipe de l’université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, a montré que les Canadiens pourraient perdre près de 12 milliards de dollars avec ce projet d’agrandissement. En cause : les risques environnementaux en cas de déversement, les prévisions de futures réductions de la demande de pétrole issu de sables bitumineux, et les coûts des travaux qui ne cessent d’augmenter.

« Juste pour la production supplémentaire de pétrole issu des sables bitumineux, ce projet va générer des émissions annuelles de gaz à effet de serre équivalentes à l’ajout de plus de quatre millions de véhicules sur les routes, ajoute Patrick Bonin. C’est un véritable désastre du point de vue climatique. »

Pourtant, le gouvernement de Justin Trudeau persiste. Et va même jusqu’à dire qu’il s’engage à « investir chaque dollar généré par ce projet dans la transition écologique du Canada » ! « C’est un non-sens total, soupire Patrick Bonin. On ne peut pas respecter l’Accord de Paris tout en investissant dans ce pipeline. Il faut réduire nos émissions dès maintenant, trouver pour les travailleurs et les communautés des emplois dont ils pourront être fiers et qui seront respectueux de l’environnement. On demande au gouvernement d’arrêter immédiatement ce projet dont on n’a pas besoin. » Le colibri a fait sa part, aux politiques de prendre la leur.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire