Accueil > Editorial > Brèves >

Amazon ment et continue de profiter de la crise

26 mars 2020 / Gaspard d’Allens (Reporterre)



Vivement critiquée pour avoir profité de la crise du Covid-19, Amazon a cherché récemment à modifier son image. Samedi 21 mars, elle a annoncé officiellement vouloir concentrer « les capacités disponibles sur les articles les plus prioritaires et temporairement cesser de prendre des commandes sur certains produits moins prioritaires en France et en Italie ».

De nombreux journaux ont repris tel quel le communiqué, offrant un beau coup de pub à la multinationale. Mais, en réalité, sur le terrain, la situation ne semble pas avoir changé. Les travailleurs sont toujours soumis à de fortes cadences et à des risques sanitaires. À Brétigny, des cas de Covid-19 viennent d’être détectés, à Sevrey, Lauwin-Planques et Boves également. Dans l’ensemble des entrepôts, les commandes continuent pourtant d’augmenter, d’après les syndicalistes.

Contacté par Reporterre, Julien Vincent, délégué syndical CFDT au sein d’Amazon France Logistique, dénonce «  une escroquerie, une vaste manipulation » : « Malgré les promesses auprès des autorités et le plan de communication mis en place par Amazon, voici la réalité des faits au sein des entrepôts en France : de nombreux cas suspects et malades se déclarent chaque jour, les entrepôts sont de vrais bouillons de culture avec leurs centaines de salariés se croisant tous les jours. » Pour lui, « la direction d’Amazon fait tout son possible pour cacher cette situation, elle continue de privilégier ses ventes au détriment de la santé de ses employés ».

Cette situation fait polémique au sein même de l’entreprise 

Même constat au sein de l’association des Amis de la Terre. Selon Alma Dufour, « Amazon n’a pas stoppé ses activités dites non prioritaires : elle n’arrête pas ses livraisons pour les produits textiles, les jeux vidéos ou la bureautique. Les délais se sont juste étendus. Il faut désormais huit jours pour se faire livrer une robe à domicile contre deux auparavant », affirme la chargée de campagne. Les Amis de la Terre constate que « l’entrepôt de Sevrey, exclusivement destiné à la vente d’articles d’habillement, tourne encore à plein régime ».

Dans un communiqué, la direction d’Amazon le reconnaît explicitement, « nous restons mobilisés pour vous servir, écrit Frédéric Duval, le directeur général. Comme toujours, vous pouvez commander et recevoir tous les articles affichés comme disponibles sur Amazon.fr. Bien que certains délais puissent être allongés, nous continuons d’assurer vos livraisons.Nous sommes à vos côtés pour prendre soin de vous et de vos proches ».

Cette situation fait polémique au sein même de l’entreprise. Au cœur de la crise, deux cadres haut placés d’Amazon en France ont démissionné lundi 23 mars, dont la directrice du centre de Saran, près d’Orléans. Pour les syndicats, ces deux départs reflètent le malaise qui gagne certaines strates de l’entreprise alors qu’elle profite largement des mesures de confinement et de la fermeture des commerces physiques.

Selon la CGT, « l’action d’Amazon a gagné 200 euros en une semaine. Jeff Bezos possède 80 millions d’actions à lui seul. Le président de la République dit qu’on est en guerre et comme dans toute guerre, il y a des profiteurs de guerre », déclare-t-elle.

D’ailleurs, aux États-Unis, malgré ses profits,Amazon a lancé un appel aux dons individuels pour compléter son fonds destiné à payer les arrêts maladies des salariés contaminés .


Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute, ici. Merci.







Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pour Amazon, le coronavirus est une affaire très profitable
Dans les mêmes dossiers       Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       Économie