Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Alternatives

À la ferme, les étudiants franciliens isolés respirent

Depuis le 15 avril, les associations Écotable et La Sauge ont lancé l’initiative « Restaurons les étudiant·es durablement ». L’idée : sensibiliser les jeunes à l’agriculture urbaine tout en leur offrant une bouffée d’air en ces temps de crise sanitaire.

Bobigny (Seine-Saint-Denis), reportage

« On peut tout à fait avoir un plant de cassis chez soi ! » Jade, chargée de la production agricole, présente avec entrain la Prairie du Canal, une ferme urbaine pédagogique plantée il y a quatre ans par l’association La Sauge (Société d’agriculture urbaine généreuse et engagée). Son auditoire du jour est composé de deux étudiants, qui ont eu l’occasion de découvrir une jolie serre, des plants de mini-salades ou encore la poule Pompon, devenue la mascotte du lieu.

Ce mercredi 28 avril, Ziheng, 25 ans, et Schengxin, 27 ans, tous deux élèves en architecture, participent à cet atelier dans le cadre de l’initiative « Restaurons les étudiant·es durablement ». L’idée ? Permettre aux étudiantes et étudiants de venir visiter gratuitement une vingtaine de fermes de la région parisienne. Imaginée par La Sauge, elle a été lancée par l’association et la communauté Écotable (qui réunit tous les acteurs engagés dans la restauration durable) le 15 avril et durera jusqu’au 15 mai.

Visite de la ferme urbaine pédagogique.

Une façon de créer du lien social et d’apporter une bouffée d’air en ces temps moroses de crise sanitaire. « L’idée est d’essayer de soigner les esprits tout en sensibilisant les étudiantes et étudiants aux enjeux autour de l’alimentation en ville et au cercle vertueux qui va de la fourche à la fourchette, dit Bérangère Fagart, cosecrétaire générale de l’association Écotable. Lors des distributions de colis alimentaires que l’on fait en partenariat avec l’association Linkee, on a eu écho de l’isolement dans lequel sont plongés ces jeunes, au-delà des grandes difficultés financières auxquelles ils et elles sont confrontées. » La pandémie a en effet renforcé la précarité des étudiants — sachant qu’avant, déjà, près de 20 % d’entre eux vivaient en dessous du seuil de pauvreté [1]. Leur santé mentale a également été fortement touchée par la crise sanitaire : 76 % d’entre eux et elles estiment qu’elle a eu un effet négatif sur leur bien-être psychologique [2]

« Avec la crise sanitaire, nous avons réfléchi à comment mettre en avant nos activités pour des publics plus précaires », indique Jade.

« C’est un peu difficile en ce moment, confirme Ziheng. Quand on vit à Paris dans 11 m2, c’est triste. Venir ici, ça fait du bien. » Le jeune homme et son amie Schengxin, qui ont déjà dû se rendre à des distributions de nourriture, sont très intéressés par les fermes urbaines. « J’aime bien apprendre quel type de végétation on peut planter en fonction du type de terrain. Et puis ça fait plaisir de pouvoir sortir un peu de chez nous comme on vit dans de tout petits espaces », dit Schengxin, tout en repiquant avec minutie des plants de tomate. Assis à ses côtés, Ziheng fait de même avec enthousiasme : « Ça me rappelle mon enfance en Chine : ma mère plantait des petites graines dans notre jardin pour qu’on ait des légumes. » Jade, elle, donne gentiment des conseils sur la meilleure façon de procéder.

Peu de temps avant, elle a raconté aux étudiants l’histoire du lieu — il s’agit d’un ancien site industriel —, tout en leur expliquant la culture sur bottes de paille, le rôle des ronciers déjà existants pour recréer des écosystèmes ou encore le souhait de la Prairie du Canal de « changer les regards sur la biodiversité ». « Notre lieu est déjà à vocation pédagogique mais, avec la crise sanitaire, nous avons réfléchi à comment mettre en avant nos activités pour des publics plus précaires », dit Jade. Elle précise qu’un autre atelier de ce type aura lieu durant le mois. Castille, elle-même étudiante et stagiaire à La Sauge abonde : « L’idée est de montrer que l’agriculture urbaine est en fait hyper accessible, tout en passant un moment sympa : parler en plantant des tomates, c’est cool ! »


La carte des fermes concernées par l’opération :

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire