Accueil > Brèves >

À Paris, la police expulse un camp d’exilés et les pourchasse dans les rues

24 novembre 2020



Lundi 23 novembre, vers 19 heures, des centaines de personnes migrantes avaient installé leur tente, place de la République, à Paris, afin de réclamer une « mise à l’abri ». Moins d’une heure plus tard, les forces de l’ordre ont commencé à arracher leurs abris de fortune, parfois encore occupés.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des forces de l’ordre en roue libre, frappant des exilés et leurs soutiens — citoyens, élus, avocats.

Les personnes migrantes ont été dispersées sous les tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement, et pourchassées dans Paris jusqu’à ce qu’elles quittent les rues de la capitale.

Le journaliste Rémy Buisine (Brut) a lui été plaqué au sol et matraqué à plusieurs reprises alors qu’il couvrait l’évacuation.

L’action place de la République a été orchestré par l’association Utopia 56 et l’ONG Médecins du monde, moins d’une semaine après l’évacuation du camp de Saint-Denis. 3.000 personnes avaient été expulsées de leurs abris de fortune, mais près d’un milliers n’avaient pas été mises à l’abri et erraient dans les rues. Les associations souhaitaient rendre visible leur situation et dénonçaient le harcèlement des forces de l’ordre qui les traquaient ces derniers jours.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est dit choqué par « certaines images de la dispersion du campement ». Ces mêmes images dont le gouvernement entend contrôler la diffusion avec la loi de sécurité globale.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Migrations



Sur les mêmes thèmes       Libertés