Accueil > Editorial > Reportage >

À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat

20 septembre 2019 / Emilie Massemin (Reporterre)



Mobilisation massive de la grève pour le climat dans le monde, avec notamment 300.000 personnes en Australie. Reporterre était à Paris pour suivre une manifestation engagée et très jeune.

Grèves pour le climat, marches partout dans le monde, Assemblée générale des Nations unies sur le réchauffement, rapport du Giec sur les océans… À partir du 20 septembre, des événements majeurs marquent la mobilisation pour lutter contre le changement climatique. Un moment essentiel, que Reporterre a décidé d’accompagner par une série d’articles de fond, sous le sigle « Huit jours pour le climat ».


« Pollue, consomme, et ferme ta gueule ! Voilà le message qu’on donne aux jeunes ! » « On est plus chauds, plus chauds, plus chauds que le climat ! » « Et un, et deux, et trois degrés ! C’est un crime contre l’humanité ! » Ils étaient près de 10.000 jeunes et moins jeunes à marcher dans les rues de Paris, vendredi 20 septembre à l’occasion de la grève mondiale pour le climat. Le cortège, organisé par Youth for Climate, Alternatiba, 350.org, Greenpeace et une vingtaine d’autres organisations, s’est élancé peu après 13 h de la place de la Nation, destination le parc de Bercy.

Carmen, 14 ans, Amane, 16 ans, Jeanne, 13 ans, et Cosmo, 15 ans, observent en habitués la place de la Nation se remplir doucement depuis le kiosque à musique : ils en sont déjà à leur troisième marche, après celles du 16 mars et du 25 mai. Inès, 13 ans, les accompagne pour la première fois. « Il y avait plein d’autres gens motivés, mais les profs nous ont mis une interro, regrette Amane. Ils ont menacé les grévistes de leur mettre zéro, ce qui sera inscrit dans le dossier pour les études supérieures. Mais moi je m’en moque : mon avenir, c’est le climat. » Cosmo, lui, a eu moins de soucis : « On a présenté une lettre à notre principale adjointe, signée de scientifiques et d’un défenseur des droits humains. Elle a dit OK pour la grève. » « Il faudrait que le changement climatique soit plus présent dans les programmes scolaires, pour sensibiliser tout le monde, les élèves et les professeurs », estime Amane.

Jeanne, Amane, Cosmo, Inès et Carmen ont séché le collège et le lycée pour marcher pour le climat

La conversation dévie vers la Suédoise Greta Thunberg, à l’initiative de ces grèves scolaires du vendredi. « C’est horrible que ce soit à une gamine de seize ans de dire qu’il faut faire grève, alors que ce serait aux adultes de lancer le mouvement », lâche Cosmo. Carmen, elle, y voit un point positif : « On les informe. Et nous aussi, on s’informe. Cet été, j’ai participé à un ramassage de déchets. Depuis, je ne jette plus rien. » Pour Amane, « ça choque les gens que ce soit les plus jeunes les mieux informés et les plus mobilisés. Et ce qui choque, ça fait changer. J’ai quand même trouvé dégueu la proposition du ministre de l’Éducation d’ouvrir des salles dans les établissements pour des débats pile à l’heure de la marche, pour qu’on reste à l’intérieur. Marcher dans la rue est un droit, moi je sors ! »

À la fois Gilets jaunes et militants écolos, Agnès, 58 ans, de Saint-Denis, et Joël, venu de Saint-Brieuc, posent sur cette jeunesse en grève un regard bienveillant. « Je vais aux Gilets jaunes, j’étais aussi à Notre-Dame-des-Landes et aux dernières marches pour le climat. Dès que je vois des gens nouveaux en manif, je suis contente. C’est leur avenir et aussi celui de mes enfants et de mes petits-enfants », juge Agnès, qui a bien l’intention de redescendre dans la rue demain samedi pour le rassemblement des Gilets jaunes sur les Champs-Élysées.

Agnès, de Saint-Denis, et Joël, de Saint-Brieuc, participent à toutes les marches pour le climat et manifestations de Gilets jaunes

Un peu plus loin, Marie, 9 ans, accompagnée de sa maman, participe à sa première manifestation. « J’avais école mais je fais la grève pour sauver la planète, explique-t-elle, un peu impressionnée par la foule. Je ne m’attendais pas à voir autant de gens, j’espère que ça permettra de changer un peu les choses. Quand j’entends parler du changement climatique, ça me stresse, pour les animaux et pour nous. »

Marie, 9 ans : « J’entends parler du changement climatique, ça me stresse pour les animaux et aussi pour nous »

Violaine, elle, pousse la poussette dans laquelle dort son bébé Florentin, âgé de neuf mois. « Je sais que les jeunes sont mobilisés depuis longtemps, mais c’est la première fois que je participe à une de leurs marches, indique-t-elle. Je trouve bien de les soutenir alors qu’ils ont appelé à un rassemblement intergénérationnel. En plus, l’ambiance change des manifestations nationales, de plus en plus violentes. » Prochaine échéance pour la jeune femme, le rassemblement contre Europacity et pour le Triangle de Gonesse, le 5 octobre.

Violaine et son fils Florentin

Le cortège poursuit sa route, encadré d’un dispositif policier léger et presque invisible. Au niveau de la rue Crozatier, dans le XIIe arrondissement, un groupe du cortège de tête s’est engouffré dans une rue de traverse pour rejoindre la place de la Bastille, au milieu de la circulation. Il a été arrêté rapidement par des CRS mais sans tensions particulières.

Rue Crozatier, dans le XIIe arrondissement, bref face-à-face entre des CRS venus bloquer un départ de manifestation sauvage et des militants antispécistes de Boucherie Abolition

Arrivés au parc de Bercy vers 16 h, les manifestants se sont répartis entre une dizaine de stands thématiques sur l’écologie, pour des ateliers et des débats. Sur la scène centrale, Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France, a remis le prix des « ambassadeurs de conscience » aux jeunes de Youth for Climate Paris. « Il y a quelques jours, Amnesty International a remis le même prix à Greta Thunberg et au mouvement Friday for Future, pour récompenser leur engagement, a-t-elle précisé. Le combat pour le climat est un combat pour les droits humains, l’accès à l’eau, au logement. Nous sommes impressionnés par cette jeunesse qui a bougé tout le monde. N’en déplaise à Alain Finkielkraut, on n’est jamais trop jeune pour changer le monde ! »

Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France, a remis le prix des « ambassadeurs de conscience » aux jeunes de Youth for Climate

Celia, militante brésilienne pour l’environnement, a enchaîné pour alerter sur la gravité de la situation en Amazonie, en particulier pour les peuples autochtones : « Chaque fois que l’Amazonie brûle, c’est le corps des indigènes et le corps de la Terre qui brûlent. Nous sommes là pour défendre l’utérus de la Terre et pour dénoncer le gouvernement de Bolsonaro, coupable de génocide et d’ethnocide. »

Celia, militante pour l’environnement brésilienne, est venue alerter sur la situation de l’Amazonie et des peuples indigènes

Les jeunes de Youth for Climate n’ont pas l’intention de s’arrêter là. « L’après-midi n’est pas finie. Mais surtout, on va continuer à se mobiliser avec une diversification de nos modes d’action, explique Esther, 17 ans, membre de l’organisation. Jusqu’à présent, on s’est concentrés sur les marches et les rassemblements, qui ont permis d’attirer l’attention des médias mais qui n’ont qu’un impact limité. On va désormais se diriger vers la désobéissance civile, notamment en participant à la semaine d’actions pour le climat organisée par Extinction Rebellion à partir du 7 octobre. »


UNE MOBILISATION MASSIVE PARTOUT DANS LE MONDE

Des centaines de milliers de jeunes ont manifesté ce vendredi à travers le monde pour ce qui s’annonce comme la plus grande mobilisation jamais organisée pour appeler les adultes à agir contre la catastrophe climatique. Rejoignant le mouvement initié à l’été 2018 par la jeune Suédoise Greta Thunberg, ils boycottent les salles de classe pour cette grève mondiale pour le climat symbolique, qui doit culminer par une manifestation monstre à New York, où se tiendra lundi un sommet international sur le climat.

Au total, plus de 5.000 événements se sont déroulés sur toute la planète. En Australie, plus de 300.000 personnes — jeunes, parents et autres — se sont rassemblées dans plusieurs villes. Plus du double qu’au mois de mars, lors d’un premier mouvement similaire. Des milliers de personnes ont défilé aux Philippines, un archipel également gravement menacé par l’élévation des océans. En Afrique du Sud, environ un demi-millier de personnes ont défilé dans la matinée à Johannesburg.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Emilie Massemin pour Reporterre

Photos : © Emilie Massemin/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Huit jours pour le climat



Sur les mêmes thèmes       Climat Luttes