Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Luttes

À Dijon, les écologistes défendent la nature au pied du mur

À Dijon, après quatre jours de destruction des jardins de l’Engrenage à coups de tronçonneuses, de pelleteuses et autres bulldozers sous protection policière, l’association les Ami-es des jardins de l’Engrenage organisait samedi 24 avril, un rassemblement de soutien.

Dijon (Côte-d’Or), reportage

En juin 2020, au sortir du premier confinement, différentes organisations s’associaient pour « construire de nouvelles manières d’habiter le monde » : une rupture prononcée avec le monde d’avant, celui de la pollution et du béton. Dans la foulée, à Dijon, un terrain municipal destiné à la construction de plus de 300 logements par le promoteur Ghitti immobilier, était occupé par des militants et des riverains soucieux de leur environnement. Les Jardins de l’Engrenage étaient nés ! Mais moins d’un an plus tard, la municipalité a imposé le retour au « monde d’avant » en rasant les jardins collectifs.

En réponse, une manifestation de soutien aux jardins a rassemblé samedi 24 avril 400 personnes entre le Musée des Beaux-Arts et le Grand Théâtre de Dijon, occupé depuis le 15 mars par les intermittents du spectacle. Les membres de la Coordination des interluttants et précaires (CIP) Bourgogne ont laissé la parole à différents défenseurs du site. Les premiers orateurs ont rappelé les motivations du 17 juin 2020 et ont dressé le bilan de dix mois et trois jours d’occupations : une nouvelle vie de quartier avec des riverains venant jardiner et bricoler ou simplement échanger ; des petits marchés, de l’humanité avec des distributions alimentaires lors du deuxième confinement pour des nécessiteux ; l’élan de solidarité lors de la première reconstruction du jardin en juillet dernier après le passage des premiers bulldozers ; les différentes plantations légumières et fruitières et... la perte, ces derniers jours, de ce qui était un îlot de fraîcheur avec des arbres quasi centenaires fracassés par les machines.

A la fin des prises de paroles, la foule a pris le chemin de l’Engrenage. Arrêtés quelques centaines de mètres plus loin par une compagnie de CRS et la Police Nationale, à quelques pas de la vitrine du promoteur Ghitti immobilier, avenue du Drapeau, les manifestants se sont séparés et ont rejoint par des chemins détournés les jardins. Ils y ont découvert, choqués, une plaie béante, un décor lunaire et l’édifice des entreprises du BTP qu’ils ont baptisé « le mur de la honte » ! Après la tristesse, le désarroi et la colère, c’est l’envie de recréer qui animait les personnes présentes en cette fin d’après-midi. Et comme on le disait durant les prises de paroles : «  Aux jardins de l’Engrenage, on sème encore ! »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire