Accueil > Editorial > Brèves >

48 heures de garde à vue pour avoir fabriqué un homard géant

18 septembre 2019



Samedi 14 septembre 2019, trois militants ont été interpellés alors qu’ils tentaient de rejoindre le cortège de la manifestation de convergence des luttes à Nantes (Loire-Atlantique). Ils chargeaient dans un camion un homard géant en papier mâché et en polystyrène. Un clin d’œil ironique à l’affaire de Rugy.

À peine sortis dans la rue, ils se sont retrouvés encerclés par une quinzaine de policiers cagoulés, rapporte Mediapart. Le véhicule chargé de transporter le homard a aussi été fouillé. Les forces de l’ordre ont trouvé dans le camion, au-delà du homard, des ballons gonflables et une banderole sur laquelle il y avait écrit « surprise ».

Les militants ont ensuite été placés en garde à vue, 48 heures sous le chef d’inculpation d’« association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations sur un bâtiment public ». Une infraction utilisée à l’origine pour le grand banditisme et qui sert de plus en plus à criminaliser les luttes.

L’avocat des militants dénonce « une véritable instrumentalisation du parquet, des moyens de procédure et des infractions, le tout dans un but strictement politique : il faut taper sur le milieu militant ».

Le juge d’instruction n’a pas suivi la demande du procureur : présentés au juge lundi 16 septembre après-midi, les trois manifestants sont ressortis libres, sans mise en examen ni contrôle judiciaire.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Sur les mêmes thèmes       Libertés