Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)"/>
Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

300 millions de personnes menacées par la montée des océans d’ici 2050

Selon un nouveau rapport, au moins trois fois plus de personnes dans le monde sont menacées par l’élévation du niveau de la mer, comparé aux estimations passées : 300 millions de personnes seront confrontées à des inondations côtières au moins une fois par an d’ici 2050, dont 1 million de personnes en France métropolitaine. Dans le meilleur des cas.

Alors que le sud de la France est touché par de fortes inondations, l’organisation scientifique Climate Central a publié dans la revue Nature Communications de nouvelles estimations du nombre de personnes concernées par l’élévation du niveau de la mer et les inondations côtières. Ces nouveaux calculs ont été réalisés grâce à l’analyse de données satellitaires. Selon les auteurs du rapport, au moins trois fois plus de personnes dans le monde sont menacées par l’élévation du niveau de la mer, comparé aux estimations passées : 300 millions de personnes seront confrontées à des inondations côtières au moins une fois par an d’ici 2050, dont 1 million de personnes en France métropolitaine.

En plus de ces éléments, Climate Central a créé une carte mondiale interactive illustrant les inondations potentielles dues à la montée du niveau de la mer au cours du XXIe siècle.
 
D’ici 2050, l’élévation du niveau de la mer constituera un danger pour 300 millions de personnes, inondées a minima une fois par an. D’après les précédentes estimations, ce chiffre était d’environ 80 millions. En France métropolitaine, 1 million de personnes seraient confrontées à des inondations annuelles d’ici 2050 et 1,2 million d’ici 2100 si les émissions poursuivent leur hausse. Selon la carte proposée par Climate Central, les régions les plus touchées sont celles de La Rochelle/Niort et Calais. 

Ces estimations se veulent prudentes car elles reposent sur des projections standard du niveau de la mer et des réductions des émissions de gaz à effet de serre à peu près conformes aux objectifs de l’Accord de Paris. Alors que les efforts déployés à l’échelle mondiale ne sont, à ce jour, pas en phase avec cette trajectoire.
 
Émissions contrôlées ou non, les pays asiatiques enregistrent les plus fortes augmentations de terres menacées. Les évaluations révèlent que même avec des réductions modérées des émissions de gaz à effet de serre, les régions de six pays asiatiques, soit 237 millions de personnes, pourraient faire face à des menaces annuelles d’inondations côtières d’ici 2050, environ 183 millions de plus que les évaluations précédentes.

Les différents scenarios proposés par l’étude démontrent que l’action climatique aurait une influence significative sur le nombre de personnes menacées. Des réductions rapides des émissions sauveraient 50 millions de personnes dans le monde des inondations côtières annuelles d’ici 2100. Sans réduction des émissions, la mer submergerait en plus et entièrement les terres où vivent actuellement 40 millions de personnes (par rapport à une réduction rapide des émissions).

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire